Wages of Sin (2001)



CD 1
1. Enemy Within
2. Burning Angel
3. Heart Of Darkness
4. Ravenous
5. Savage Messiah
6. Dead Bury Their Dead
7. Web Of Lies
8. The First Deadly Sin
9. Behind The Smile
10. Snow Bound
11. Shadows And Dust

12. Lament Of A Mortal Soul (Exclusive, unreleased bonus track)
13. Ravenous (Enhanced Video Clip)

CD 2
1. Starbreaker (Previously unreleased Judas Priest cover)
2. Aces High (Iron Maiden cover, previously only available on a Japanese tribute album)
3. Scream Of Anger (Europe cover, previously only available as Japanese bonus track)
4. Diva Satanica (Previously only available as Japanese bonus track)
5. Fields of Desolation '99 (Previously only available as Japanese bonus track)
6. Damnations Way (Previously only available as Japanese bonus track)
7. Hydra (Previously only available as Japanese bonus track)
8. The Immortal (Enhanced Video Clip)
Version européenne et américaine : chants de Johan Liiva

Line-up :

Michael Amott : guitares
Christopher Amott : guitares
Angela Gossow : chant
Sharlee D'Angelo : basse
Daniel Erlandson : batterie

Produit par : Fredrik Nordstrom, Michael Amott

Premier album avec au chant l'allemande Angela Gossow, dont la voix n'a rien à envier à celles des chanteurs death, "Wages Of Sin" mèle une nouvelle fois, pour le plus grand plaisir de nos oreilles, mélodie et une puissance accrue. La belle blonde pousse des vocaux death à faire pâlir de par leur violence plus d'un hurleur métal.

L'album commence par Enemy Within avec une mélodie de piano très douce qui laisse après une quarantaine de seconde la place à la puissance. Les frères Amott font une nouvelle fois merveille aux guitares, servis de surcroît par une batterie très présente. Les compositions sont variées, de titres extrêmement speeds tel Dead Bury Their Dead à d'autres plus mid-tempo, jouant sur une ambiance plus angoissante que violente comme Savage Messiah.

Au milieu de tous ces titres plus agressifs et puissants les uns que les autres, Snow Bound jolie mélodie de guitare et de flûte, vient accorder un peu de répit à vos précieuses oreilles, qui si elles apprécient ce déluge de métal, doivent tenir compte de leurs limites physiologiques.










© Histoweb - 2007